5 mars 2020

Le HAC au Féminin !

Le HAC se fait fort depuis quelques années d’aider le développement du foot féminin, permettant ainsi à nombre de jeunes filles d’activer un de leurs droits fondamentaux : pratiquer le sport qu’elles aiment. Un combat rejoignant les grands enjeux sociétaux.
Le HAC au Féminin !
En cette semaine précédant la Journée internationale de la Femme (dimanche 8 mars), force est de rappeler que le HAC s’inscrit depuis quelques années dans la promotion du football féminin, voire même du sport féminin en général. Dès leur arrivée en 2015, le Président Vincent Volpe et son épouse Christine avaient annoncé leur volonté d’insuffler un vent nouveau sur une discipline très développée et implantée culturellement aux Etats-Unis mais souffrant encore d’un déficit d’image en France. Estimant qu’on ne pouvait pas « tourner le dos à la moitié de la population », le couple Volpe a accéléré l’essor du football féminin au Havre, étoffant d’abord la section Ciel&Marine. Une section existant depuis quelques saisons en ayant démarré par l’accueil de quelques petites filles dans des gymnases pour l’organisation d’entraînements encadrés par d’éducateurs du club. « On a commencé avec 4 ou 5 enfants, on s’est vite retrouvé avec 15 ou 20 », témoigne Mickaël Bunel, responsable de l’école de foot, à l’origine du projet avec Jean-Michel Kociszewski, président de l’association HAC. « A l’époque, il n’y avait pas parmi les clubs havrais d’accueil réservé aux seules petites filles. On a mis cela en place et, très vite, on a même formé des équipes. Puis on a eu des demandes d’adolescentes, et on a fini par créer des équipes adultes. » Jusqu’à l’accélération du processus et la volonté du Président Volpe de faire de l’équipe une vitrine au même titre que les hommes. A noter que l’équipe première féminine est l’une des rares en France à évoluer dans le même stade que l’équipe première masculine pour un club professionnel. Une décision de Vincent Volpe au nom de la parité et de l’ambition.

Toujours dans cette volonté de promotion du foot féminin, le HAC, en collaboration avec la Ville du Havre, la CODAH et la Ligue de Football de Normandie, dépose en janvier 2017 le dossier de candidature havraise à l’organisation de matches de la Coupe du monde féminine 2019 au Stade Océane, une candidature dont Christine Volpe est la marraine. Un nouveau match amical de l’équipe de France féminine (après celui face au Brésil en septembre 2015) face aux Etats-Unis en janvier 2019 donnera le ton d’une compétition qui recueillit au Havre un énorme succès : sept matches, 122000 spectateurs, et un terrible engouement sous les yeux notamment de petites filles se disant que, oui, le football était aussi un sport pour elles. Un message que le HAC s’efforce d’ailleurs de diffuser largement, participant à de nombreuses actions dans les quartiers, encadrant notamment le dispositif municipal « Découvrez le sport ». Les joueuses Ciel&Marine de la catégorie séniors ne sont d’ailleurs pas les dernières à assurer la promotion du football : très disponibles, elles participent à bon nombre d’opérations. Ce qui les rend éminemment populaires, d’autant que leurs résultats sportifs font qu’elles sont plus que jamais en course pour la montée dans l’élite (leaders de leur poule, avec toutefois un match en plus que l’AS Saint-Etienne) ! Mieux encore : le foot féminin est devenu, au même titre que la discipline masculine, un tremplin, un nouvel ascenseur social. Ce que fait remarquer Mickaël Bunel « Il y a quelques années, il aurait été impossible à une jeune fille de s’imaginer vivre du football. Aujourd’hui, certaines sont joueuses ou éducatrices, peuvent en faire leur métier ! Et le HAC lui-même accueille de plus en plus de bénévoles, de dirigeantes, d’encadrantes : de plus en plus de femmes représentent les couleurs Ciel&Marine. »

Les femmes encouragent bien entendu cette nouvelle emprise féminine sur un sport qui a longtemps défendu son bastion masculin, puisqu’elles sont bien conscientes que l’enjeu ne se limite pas au seul football mais bien à la place qu’elles peuvent (doivent) obtenir dans la société. Ainsi, Mélanie Parsy, partenaire du HAC Football par le biais de Système U, dont elle dirige l’enseigne des Halles, déclare qu’elle a découvert le football féminin avec le match France – Etats-Unis de janvier 2019 au Stade Océane : « J’y étais allée complètement sans a priori et j’en suis ressortie absolument enthousiaste ! J’ai trouvé le jeu très intéressant. Ce genre de matches peut attirer d’autres publics et j’adhère à 100% à la démarche du HAC. Avant, on disait que les filles jouaient au ballon, maintenant elles jouent au football ! Et ce développement féminin va s’étendre à d’autres sports, c’est certain. Mais, au Havre, ce n’est pas étonnant, c’est une ville ouverte à tous les mondes, et pas seulement au monde économique. »

Tous les mondes et tous les footballs. Ainsi, ce vendredi, vous pourrez voir évoluer Mélody Donchet, qui pratique une autre forme de football : le freestyle. Et, stop aux clichés et aux incrédulités : c’est son métier ! Ayant été privée du football « classique » suite à une rupture des ligaments croisés alors qu’elle était aux portes de l’équipe de France U17, elle a débuté le foot freestyle il y a onze ans. Avec un succès phénoménal puisqu’elle a déjà remporté cinq titres mondiaux ! Un milieu où elle s’est vite imposée… contrairement au football sur le terrain : « J’ai commencé le football petite, j’étais la seule fille au milieu de garçons et c’était très difficile d’être acceptée, il m’a bien fallu une saison ! Le freestyle, c’est autre chose, c’est plus une discipline artistique, la mentalité n’est pas du tout la même. »

Au HAC, club atypique et prônant des valeurs d’équité, sur 57 collaborateurs (hors sportif et médical), 26 sont des femmes. Et, parmi elles, une possède un rôle particulier qui est peut-être (malheureusement !) unique dans un club professionnel français, puisqu’elle est intendante : Emmanuelle œuvre pour le HAC depuis trente ans, quatorze comme hôtesse lors des matches à Deschaseaux et seize dans les coulisses du centre d’entraînement. « Je prépare tous les jours les équipements d’entraînement pour le lendemain, la malle de match… Il faut être rapide, efficace, que tout soit prêt pour que le joueur n’ait pas à se soucier de son matériel. » Et les vacances sont rares : « Il faut être là tous les jours, week-ends, jours fériés. Mais ce n’est pas dérangeant, il y a pire comme métier ! » Seule femme du staff, elle ne prend pas du tout ombrage de sa situation : « Je préfère travailler avec des hommes que des femmes, l’ambiance est différente », assure cette ancienne secrétaire commerciale.

Dans cette époque où les femmes en ont assez de se taire et ont fait de l’amélioration de leurs droits, progrès sociétal majeur, une bataille quotidienne, elles ont gagné leur place dans un club de football, et dans le monde du football et du sport en général. Si la valeur n’attend pas le nombre des années, les compétences n’ont pas de sexe. Et cela, le HAC l’a bien compris, et depuis longtemps.

O.D.

Les animations

- présence des féminines du HAC sur le Village pour une séance de dédicaces ;
- démonstrations de foot freestyle par la quintuple championne du monde Mélody Donchet ;
- organisation d’un jeu concours sur les réseaux sociaux : la gagnante donnera le coup d’envoi du match.



HACVSAuxerre
HAC 1 - 0 Auxerre
06/03/2020
28ème journée de Ligue 2
PtsGNP
4 Troyes 51 16 3 9
5 Clermont 50 14 8 6
6 HAC 44 11 11 6
7 Valenciennes 42 11 9 8
8 Guingamp 39 10 9 9
1872 Stadium Hotel
Nomad Hotel
France Bleu
Imporauto