25 avril 2020

Paul Le Guen: "Écouter et savoir avant de prendre des décisions"

Confiné chez lui en Bretagne, Paul Le Guen répond à nos questions. L’entraîneur du HAC évoque la sortie du confinement et une reprise avec toutes les précautions nécessaires, tout en ayant à l’esprit qu’il n’y a pas de risque zéro.
Paul Le Guen: "Écouter et savoir avant de prendre des décisions"
Paul, comment se passe se confinement et comment allez-vous ?
Cela se passe plutôt bien, je suis patient et je m’occupe, je n’ai pas le temps de m’ennuyer. Je suis retourné chez moi en Bretagne, au bord de la mer, j’ai l’opportunité et le matériel pour faire du sport, j’ai de l’espace. Je fais du sport le matin, et l’après-midi, je m’occupe, je vis, je travaille, je suis en relation avec le club et j’attends patiemment. Parmi mes loisirs, je lis beaucoup, je me suis aussi mis à regarder des séries, chose que je ne faisais jamais.


Ceux qui assistent aux entraînements le savent, vous participez souvent à une partie des exercices avec vos joueurs, alors suivez-vous aussi le programme d’Olivier Rodriguez ?
Non, le programme d’Olivier est spécialement adapté pour les joueurs, il l’est moins pour moi. J’ai des besoins différents, je dois simplement me maintenir en forme, ne pas prendre de poids. Chacun fait en fonction de ses besoins et je n’ai pas les mêmes qu’eux !


Les joueurs s’entraînent chacun chez eux, j’imagine que vous suivez cela attentivement à distance ?
Bien sûr, je suis en contact avec Olivier, on fait en fonction des besoins des uns et des autres, je donne mon accord, mais je lui fais confiance. Je souhaite que chacun d’entre eux fasse le maximum dans le cadre de ses possibilités tout en respectant les règles de confinement.


Et êtes-vous satisfait du travail fourni par vos joueurs, avez-vous le sentiment qu'ils jouent le jeu totalement ?
Oui, j’ai les joueurs régulièrement au téléphone, je sais qu’ils font au mieux pour se maintenir le plus en forme possible. J’échange avec eux, Olivier et Christian le font aussi de leur côté, et tous les retours sont positifs. Il faudra bien entendu travailler dès la reprise sur le plan cardio et il faudra bien sûr une remise en route. Malgré tout, les joueurs sont très attentifs sur le fait de ne pas prendre de poids et de maintenir un niveau physique acceptable pour que cette remise en route à venir ne soit pas trop difficile.


N’avez-vous pas peur qu’avec le temps cette motivation s’érode ?
Je le craignais un peu, mais depuis l’annonce du Président de la République sur une date de sortie du confinement au 11 mai, je pense que les choses sont un peu différentes. Maintenant, les joueurs ont en tête cet objectif. Très honnêtement, savoir qu’à partir du 11 mai la situation devrait évoluer est un objectif intéressant pour tout le monde.


L’annonce de cette date de déconfinement fixée au 11 mai change effectivement beaucoup de choses et vous permet de préparer avec du concret cette reprise ?
Bien sûr, je suis attentif aux directives du gouvernement sur cette sortie du confinement, j’écoute et je lis énormément sur ce sujet et nous prendrons toutes les précautions nécessaires lors de la reprise tout en ayant à l’esprit qu’il n’y a pas de risque zéro. Mais c’est la même problématique pour toutes les professions. Il faudra tout mettre en place pour que nous puissions nous ré-entraîner dès la sortie de ce confinement dans les conditions les plus sûres pour tout le monde. Je veux relativiser tout cela car nous vivons une crise sanitaire grave, mais cette date du 11 mai nous permet de programmer et de réfléchir à la façon dont nous allons reprendre. C’est une préoccupation quotidienne et j’y réfléchis avec le staff.


L’hypothèse de reprise la plus plausible actuellement vous permettrait de disposer de quatre semaines pour remettre votre équipe d’attaque. Est-ce un délai qui vous convient ?
Oui, je trouve que c’est suffisant car les joueurs ne repartiront pas de zéro, je pense que c’est adapté. Si les choses pouvaient se passer comme cela, je considérerais que cela serait un moindre mal pour terminer la saison et jouer les dix matchs qu’il nous reste.


"Nous n’allons pas commencer à nous plaindre"

Et un retour de la compétition avec un rythme qui pourrait être intense avec deux matchs par semaine, cela vous fait-il peur ?
Non, cela ne m’effraie pas du tout, toute ou partie de ma carrière, j’ai joué tous les trois ou quatre jours et j’aime ça. Et puis, il ne faut pas se plaindre, nous avons une période de break, il faudra rattraper ces matchs et donc jouer plus souvent. Je ne pense pas qu’il y ait de risques inconsidérés, les joueurs et les staffs sont tout à fait capables de s’adapter à cela. Depuis des semaines, nous voyons des personnels soignants qui se mobilisent, des gens se dévouer et qui prennent des risques pour se mettre au service des autres, alors nous n’allons pas commencer à nous plaindre, il faut un peu de décence et je mesure notre chance si nous pouvons reprendre, même s'il y a quelques petits désagréments.


Avec votre expérience, pensez-vous que lors de la reprise de la compétition la motivation des différentes équipes ne soit pas la même en fonction de leur classement par exemple ?
C’est possible. Il y aura peut-être aussi quelques problèmes d’effectifs avec les joueurs qui ne font pas partie de l'Union européenne par exemple, et cela peut nous concerner avec Ertugrul Ersoy et Umut Meras. Ce sont des problèmes que les clubs vont devoir assumer, et là encore, il ne va pas falloir commencer à se plaindre parce que nous ne sommes pas dans les conditions optimales. Le plus important est de se mettre en situation de reprendre, et si c’est possible de le faire de manière raisonnable, allons-y.


Vous évoquiez des contacts réguliers avec le club, quels sont-ils ?
J’échange beaucoup avec Pierre Wantiez bien sûr, mais je suis aussi en contact avec François Rodrigues pour la formation, ainsi que les éducateurs de la Cavée-Verte très régulièrement. J’échange bien sûr beaucoup avec mon staff, mais aussi avec le doc Jérémy Bertin car j’ai besoin d’être guidé, d’écouter et de savoir avant de prendre des décisions. Donc je suis à l’écoute des gens qui savent mieux que moi et qui sont en situation de m’alerter sur les précautions à prendre. Encore une fois, il n’y aura pas de risque zéro quand nous allons reprendre, il faudra se mettre en situation de prendre toutes les précautions possibles. Nous ne faisons donc pas une surenchère dans l’anticipation mais nous essayons tout de même d’anticiper certaines choses, de réfléchir aux différents scénarios et de ne pas être surpris, c’est notre ligne de conduite.

Propos recueillis par Emmanuel Lelaidier


Articles liés

HACVSAuxerre
HAC 1 - 0 Auxerre
06/03/2020
28ème journée de Ligue 2
PtsGNP
4 Troyes 51 16 3 9
5 Clermont 50 14 8 6
6 HAC 44 11 11 6
7 Valenciennes 42 11 9 8
8 Guingamp 39 10 9 9
1872 Stadium Hotel
Nomad Hotel
France Bleu
Imporauto