< >
: Entre et
Philippe MAHUT

Philippe MAHUT

Poste : Défenseur

Né le : 4 mai 1956 à Lunery (Cher)

Périodes : 1989 - 1993

Nationalité : Française Française

Philippe Mahut, c’est la classe internationale qui débarque au HAC en 1989.

Mais avant d'arriver au Havre, cet international français au style de jeu léché, est passé par les grands clubs de l’époque, le FC Metz (1978-1982), l'AS Saint-Etienne (1982-1984) ou encore le Matra Racing de Lagardère (1984-1988).

Philippe Mahut, c’est aussi une expérience riche de 422 matches de D1, dont près de 80 avec le HAC, 9 sélections en Équipe de France, et une participation à la Coupe du Monde 1982.

Une saison et demie après son arrivée sous le maillot havrais, Philippe Mahut prend part à la remontée de l’équipe qui retrouve la Division 1 à l’issue de la saison 1990/1991, il en est même le capitaine. Le HAC remporte par la même occasion son 4ème titre de Champion de France de D2 sous la direction de Pierre Mankowski.

Après 2 saisons de Division 1, l’emblématique capitaine du HAC de ce début des années 90 raccroche les crampons au terme de l'exercice 1992/1993 à l’âge de… 37 ans !

Un comportement sur et hors du terrain qui force aujourd’hui encore l’admiration de tous ceux qui ont connu cette époque, il reste comme l’une des grandes fiertés du HAC dans son histoire moderne.

Philipe Mahut est décédé le 8 février 2014 à l'âge de 57 ans.



Entretien avec Philippe Mahut réalisé un mois avant sa disparition, le 8 janvier 2014, à la veille d'un match entre le HAC et Metz.
L'affiche HAC - Metz qui se jouera ce vendredi au Stade Océane est l'occasion de mettre un coup de projecteur sur Philippe Mahut, capitaine emblématique du HAC de la fin des années 80 et du début des années 90 qui fut également quelques années plus tôt le capitaine du FC Metz, 2 clubs qu'il a particulièrement affectionné. Interview…

Philippe Mahut, on vous avait rencontré en juillet 2008 à l’occasion d’un match amical entre le HAC et Auxerre dans votre commune de Fontainebleau, comment allez-vous depuis tout ce temps ?
J’ai toujours un cabinet d’assurance à Moret-sur-Loing et entre autres activités, je suis adjoint chargé aux sports à la Marie de Fontainebleau, je suis Vice-Président de la communauté de Commune et je fait partie de la commission d’éthique de la FFF depuis 3 ou 4 ans. Ca me fait donc beaucoup d’occupations.

Revenons en quelques mots sur votre carrière que vous avez débuté très jeune, à 18 ans à Fontainebleau ?
C’est ça, j’ai débuté à Fontainebleau qui était en Division 2 à cette époque, après je suis parti à Troyes, Metz pendant 4 ans, Saint-Etienne pendant 2 ans, 4 ans à Paris au Matra Racing. Ensuite je suis allé à Quimper puis j’ai terminé ma carrière au HAC.

Quelles ont été les étapes les plus marquantes de votre longue carrière ?
D’une manière générale je me suis plu dans tout les clubs dans lesquels je suis passé. Metz et Quimper peut-être mais à Quimper il y a eu un changement de municipalité qui a décidé de ne plus soutenir le ciub, et il y a eu le HAC ou je me suis énormément plu. Si j’avais pu j’aurais aimé continuer, mais à 37 ans, j’étais vraiment atteint par la limite d’âge.

Il y a également eu une parenthèse équipe de France, 9 sélections et une participation à la Coupe du Monde 1982 en Espagne ?
Oui, cela reste un fait marquant de ma carrière même si je n’ai participé qu’à un seul match pendant cette Coupe du Monde. On a loupé de peu la finale face à l’Allemagne et on a terminé à la 3ème place.

Revenons sur la dernière étape de votre carrière et la manière dont vous êtes arrivé au Havre, c’était en cours de saison, en octobre 1989 ?
Tout à fait, avant cela j’étais à Quimper qui avait fait un gros recrutement pour monter en 1ère Division, et fait venir des joueurs comme Jean-Luc Ribar, Michel Ettore, Živko Slijepcevic, mais le changement de municipalité a cassé cet élan.

C’est pour cela que vous avez souhaité rejoindre Le Havre en cours de saison ?
Oui, tout à fait, le HAC est venu me chercher à Quimper.

Mais quand vous arrivez au HAC, vous avez déjà 32 ans et vous venez avec l’idée de ne faire qu’une ou deux saisons avant de raccrocher ?
Oui, j’avais déjà 32 ou 33 ans et je comptais effectivement rester une ou deux saisons après cela dépend de l’état physique, j’ai eu la chance d’être épargné par les blessures. Alors j’ai continué jusqu’au bout.

Vous arrivez avec l’idée de vous lancer un dernier défit, l’objectif de remonter en D1 avec le HAC ?
Oui, un dernier défi avec le HAC qui avait un bel effectif et un bon entraîneur, ils avaient l’intention de remonter donc c’était mon objectif premier

Et objectif atteint un an et demi plus tard, alors à ce moment là, avez-vous eu l’envie de raccrocher les crampons ?
Oui, à ce moment l’esprit et les jambes ne suivaient plus trop, je n’étais plus à 100% mais je me sentais encore bien alors j’ai continué en un peu, pendant 2 saisons. Mais à la fin de la saison 1992/1993, je n’ai pas souhaité repartir, j’avais peur de faire l’année de trop.

Quel est votre meilleur souvenir avec le HAC ?
La montée bien sûr, mais plein d’autres bons souvenirs également, les dirigeant, l’entraîneur, un groupe de joueur ou il y avait un bon amalgame entre les jeunes et les anciens, une ambiance qui me plaisant franchement, sinon, je ne serais pas resté 4 ans. D’ailleurs, pour mon départ, on m’a remis un blason du HAC en céramique qui est aujourd’hui encore en bonne place dans mon bureau.

Le public havrais garde l’image d’un Philippe Mahut qui avait toujours la classe sur les terrains, vous avez laissé une image extrêmement positive au Havre.
C’est gentil, vous me gênez, mais je vous rassure, ce n’a pas toujours été le cas, au début de ma carrière, j’étais un peu fougueux, mais après je me suis calmé.

Venons en au match de ce vendredi, vous avez été capitaine de Metz puis du HAC, voyez-vous des points de comparaison entre ces deux clubs ?
Ils sont assez similaires, quand j’étais à Metz il y a eu le retour de Molinari, ça ressemblait un peu au HAC, mais là j’étais plus jeune qu’à mon époque havraise, donc je n’avais pas les mêmes sentiments.

Demain soir ces deux équipes vont s’affronter Metz vient avec un statut de leader, de son côté, le HAC vous avez un pronostic ?
Metz fait un beau parcours, mais je vois bien le HAC gagner ce match.

Propos recueillis par Emmanuel Lelaidier

1872 Stadium Hotel
HAC - Lens
Nomad Hotel
France Bleu
Imporauto
Filiassur